2. Cambodia : Phnom Phen

Me voilà à Phnom Phen, capitale du Cambodge.

Pour rejoindre cette ville j’ai pris un bus de Krong Stueng Sean city (ville à la campagne où j’ai rencontré la famille Khmer). Le bus prend 4h et j’ai payé 5$.

Je ne suis restée que deux jours à Phnom Phen, je voulais faire quelques musées/temples pour enrichir ma culture sur le pays.

C3.png

PALAIS ROYAL

  • J’ai donc commencé par le Palais Royal de Phnom Phen. Je me suis levée tôt pour éviter les touristes, mais c’était sans compter sur nos amis : les chinois … Résultat, j’arrive à 8 heures et il y avait déjà un monde de dingue. Mais il m’en faut plus pour me décourager. Le Palais Royal est composé de plusieurs structures différentes, vous avez des temples, des salles de fêtes, des salles de prières. Comptez environ 2h sur place si vous souhaitez faire de la photo et vraiment bien explorer les lieux.

MUSÉE NATIONAL DU CAMBODGE

  • J’ai aussi été au musée national du Cambodge.

Il est interdit de prendre des photos dans le musée (ce que je trouve normal) mais en revanche le bâtiment suffisait à lui même pour faire une petite série de photos. Je vous conseille d’aller dans ce musée, si vous aimez l’histoire. Je ne me souviens plus du prix exact mais c’était moins de 5$. 1h de visite suffit.

WAT PHNOM

  • J’ai ensuite été dans un temple nommé Wat Phnom, beaucoup plus petit, mais perché sur une butte de végétation au milieu de la ville.

L’entrée est à moins de 5$ et vous en avez pour moins d’une heure.

LE MUSÉE DU GÉNOCIDE

  • Pour finir ma journée, j’ai décidé d’aller dans un musée très spécial. Le musée du génocide, aussi appelé S21 ou Tuol Sleng.

Je suis directement rentrée à l’hôtel. J’étais trop chamboulée pour avoir envie de faire quoi que ce soit, après ce que je venais d’apprendre. 

26610751_10215158222451532_1627780405_o

Entrée du musée.

UN PEU D’HISTOIRE

A la fin des années 60, le Cambodge connait une guerre civile opposant le président Sihanouk, à une formation politique communiste : le Kampuchéa Démocratique. Dont les membres se font appeler : les khmers rouges.

Dans les années 70, le Cambodge connait une révolution des plus violente au monde.

En 1975, les khmers rouges s’emparent de Phnom Penh, renversant le gouvernement et installent un nouveau régime avec à leur tête le frère : Pol Pot.

L’objectif de Pol Pot : créer une société utopique, basée sur le modèle communiste, sans classe, ni religion, produisant ses propres ressources, afin de vivre en autarcie.

Une société au parti unique : l’Angkar qui signifie « l’organisation ».

Pol Pot compte bien sûr s’appuyer sur un peuple soumis. Il  vide les villes. Des milliers de Cambodgiens doivent quitter leur habitation pour rejoindre les campagnes et travailler dans les champs. Ceux qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas, sont tués sur place.

  • En 24h les principales villes du pays sont désertées.

Dans les champs, des Cambodgiens travaillent 12 heures par jour et n’ont droit qu’à une seule cuillère de riz, par jour.  Des milliers de personnes commencent à périr à travers tout le pays.

Mais il ne s’arrête pas là. Le « peuple nouveau » doit être purifié de tout élément déviant qui pourrait présenter une menace. Les khmers rouges se mettent alors à pourchasser tous les ennemis du régime : les partisans de l’ancien gouvernement, les étrangers, les expatriés, les étudiants, les médecins, les professeurs, les artistes… Le simple fait de porter des lunettes, d’avoir des ongles propres, signifie qu’on est intellectuel. Une preuve suffisante pour être arrêté ou tué. Partant du principe que « pour détruire la mauvaise herbe il ne suffit pas de l’arracher, il faut la déraciner », les khmers rouges éliminent des familles entières pour éviter toute tentative de vengeance.

  • La folle purge menée par les khmers rouges dure quatre ans. Au total, le régime de Pol Pot a tué 40% de la population cambodgienne !

Sa folie causa sa perte. Le dictateur s’appuie sur les troupes vietnamiennes pour mener à bien son idéologie. Ayant peur de se faire voler le pouvoir, il  déclare la guerre au Vietnam en 1979. L’armée vietnamienne n’a pas de mal à renverser le dictateur.

  • Pol Pot meurt en 1998 sans jamais avoir été jugé !

LA PRISONS DE L’HORREUR

oiu.png

Reglement interieur des prisonniers.

Tout de suite après avoir fait évacuer Phnom Penh, Pol Pot transforme le lycée français en une prisse : Tuol Sleng aussi appelé S-21.

  • Les ennemis de l’Angkar y sont emprisonnés et torturés pour obtenir de « aveux ».

Dans la prison, les conditions de survie sont effroyables. Les prisonniers sont enchaînés par dizaines, sans pouvoir bouger et allongés sur le sol. Chaque prisonnier est torturé 2 /3 fois par jour et pour certains durant des mois. Une fois qu’il a “avoué”, Duch (directeur de la prison) signe ses aveux et l’envoie dans l’un des champs d’exécution (killing fields), en périphérie de la ville. Alors, il est battu à mort, à coups de crosse de fusil puis jeté (parfois même encore vivant) dans les fosses communes. 

  • Sur 17 000 personnes déportées à S-21, 7 survécurent.

Aujourd’hui, le bâtiment est devenu un musée destiné au devoir de mémoire. La quasi-totalité de la prison est restée intacte. Les barbelés qui servaient à empêcher les suicides sont encore sur les façades … Vous pouvez parcourir les bâtiments, les étages, voir les photos d’archives, les pratiques de tortures, marcher dans la cours.

  • La visite de S-21 est intense et terrifiante. Je suis ressortie profondément choquée. J’ai passé 3h là bas, exposée à une violence sans nom et incompréhensible.

J’avais pris l’audio guide (8$ entrée + audio guide en français) pour être sûre de tout comprendre, de pouvoir prendre le temps de réécouter un passage, un témoignage.

Je ne regrette vraiment pas de l’avoir fait, car cela fait parti de l’histoire du monde, des mémoires. Et il est de notre devoir de ne jamais laisser reproduire ces horreurs.

Pour des raisons de respect, je n’ai pris aucune photo. Donc allez-y!

26511008_10215158223251552_1294074720_o.jpg

Independent Monument.

Astuce : Pour faire tout ça, j’avais encore une fois négocié avec un tuk-tuk dans la rue devant mon hôtel. Vu que c’est la capitale, même si tout était plus ou moins centré (j’aurais pu faire de mon hôtel – palais royal – musée national à pieds), les prix sont plus élevés. Comptez 15$ et pour une petite journée (pour ma part 6h).

Parlons peu, parlons bouffe !

  • Ok, ceux qui me connaisse savent que j’aime vraiiiiiiiment beaucoup le fromage et quand je voyage, peu importe le fromage, la qualité, le goût, ou autre, il me faut mon fromage! DONC, je suis tombée sur un petit restaurant, où ils faisaient uniquement de la bouffe européenne (burger, pizza, PATES) et pas cher! C’était donc mon spot durant ces deux jours ! Il y a un billard, des grands canapés et le staff est super sympa. Voila, tout est dit.

Alors par contre, je ne me souviens plus du nom … MAIS, voici l’adresse :

Street 258 (Long Nget), Daun Penh, Phnom Penh, Cambodge

Après deux jours passés dans la capitale, je décide sur un coup de tête de partir demain matin pour la ville de Sihanoukville, pour prendre une bateau qui m’amène sur une île et y rejoindre une Suisse que j’avais rencontré plus tôt sur Siem Reap.

Encore quelque chose que je n’avais pas prévu :).

Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s